1 200 emplois créés sur Nantes Saint-Nazaire d’ici trois ans

Le territoire a accueilli 67 nouvelles entreprises en 2020. Près de la moitié d’entre elles œuvre dans le secteur du numérique.

La crise économique liée à l’épidémie de la Covid-19 n’a pas entamé l’attractivité du principal bassin urbain de Loire-Atlantique. C’est du moins ce que semble indiquer le dernier bilan annuel de l’agence de développement qui intervient sur le pôle métropolitain Nantes-Saint-Nazaire. 67 entreprises se sont implantées l’an dernier sur ce territoire dont la gestion relève d’un syndicat mixte.
Un bon résultat qui traduit, selon ses promoteurs, la réussite d’une stratégie « de rayonnement raisonnée engagée depuis plus de 2 ans ». L’agence en charge d’intermédier sur le marché de l’offre et la demande cherche à faire aboutir des projets dont les activités reposent sur les filières de pointe qui correspondent aux pôles de compétitivité à l’œuvre dans les deux principales agglomérations du département : le digital bien sûr, marque de fabrique de la métropole nantaise, mais aussi les énergies de la mer, la construction aéronautique, la santé, les industries culturelles et créatives.

La RSE encouragée

80% des 67 entreprises arrivées sur le territoire en 2020 sont positionnés sur ces secteurs innovants promus par les acteurs locaux, un part en forte hausse par rapport à la moyenne observée sur les trois derniers exercices (45 %). Preuve que le ciblage stratégique opéré par les décideurs porte ses fruits. A elles seules, les énergies nouvelles représentent 15% des implantations accompagnées par l’agence. Avec à la clé, 106 créations d’emploi envisagées.

Près de la moitié des installations (30) portent sur des métiers en relation avec les technologies numériques. Les intentions de recrutements annoncées par ces professionnels sont fortes (364 postes promis d’ici 2024). Le potentiel est encore plus important dans le domaine de la santé (566 emplois). Les entreprises spécialisées dans l’industrie naval et nautique tablent sur 25 embauches, les industries culturelles et créative en planifient 21, et l’agroalimentaire 15.

Seize des nouveaux arrivants inscrivent leurs solutions dans des stratégies visant à répondre aux enjeux forts du moment en matière d’environnement et d’énergie propre. A Saint-Nazaire, HySeas (propulsion à hydrogène pour le transport maritime) Alka Marine (cartographie des fonds marins), Eolfi (éolien flottant), VDN Group (électricité renouvelable) et Terre Exotique répondent à cette demande.

La volonté affirmée du territoire d’encourager les entreprises à mettre en œuvre une politique de responsabilité sociale séduit de plus en plus les créateurs de technologues à impact positif, souligne Nicolas Debon, directeur de Nantes Saint-Nazaire Développement.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *