Nantes : des extensions de terrasses pour les bars et les restaurants

Pour soutenir la reprise du secteur, la Ville de Nantes reconduit son dispositif déjà appliqué lors du premier déconfinement en 2020.

 

L’heure de la reprise va bientôt sonner pour les bars et les restaurants, contraints à une fermeture administrative depuis fin octobre 2020. Cette « rentrée » sera toutefois très progressive, et sans doute peu lucrative dans sa première phase, tant les normes sanitaires vont rester très strictes : A Nantes, dès le mercredi 19 mai, tous les établissements du secteur vont pouvoir accueillir du public, mais seulement sur leurs terrasses (la réouverture des salles n’est prévue que le 9 juin, sous réserve d’y appliquer des jauges et des règles de distanciation physique).

Pendant les trois première semaines, la consigne à respecter à l’extérieur, édictée par l’Etat, est relativement simple, mais très restrictive : pas plus de 50% d’occupation par rapport à la superficie (soit 25 clients sur 50 m² de surface). Ce jeudi, le gouvernement a toutefois concédé une souplesse : aucune jauge ne sera exigée sur les petites terrasses de moins de dix tables, à condition de séparer ces dernières par « du plexiglas, un paravent ou des feuillages etc ».

Localement, la Ville de Nantes souhaite compenser le manque-à-gagner généré par ce cadre sanitaire en autorisant les commerçants concernés à étendre leurs terrasses permanentes ou temporaires (estivale) sur la voie-publique. Ceux qui n’en disposent pas auront la possibilité d’en aménager une, « y compris sur les emprises de stationnement au cas par cas et si l’espace le permet » précise la Mairie. Comme l’an dernier, Ces agrandissements ou créations seront exonérés de taxe (les fameux droits de voierie dont les recettes sont encaissées par les municipalités).

De telles mesures sont inconcevables sans la sanctuarisation de certaines artères, et la piétonisation des rues particulièrement bien desservies en bars et restaurants :  la reconduction de la charte appliquée en prévoit un certain nombre dans l’hyper-centre, jusqu’au 15 novembre 2020 : les rues Léon-Jamin, Léon-Blum, du Marais, Armand-Brossard, Saint-Léonard, Cheval-Blanc et Fénélon, seront fermées aux véhicules motorisés et leurs places de stationnement libérées (sauf si elles sont occupées par des riverains).

Dans le quartier Madeleine-Champ-de-Mars, les rues Fouré et de Colmar complèteront le dispositif.

Rappelons que le 19 mai correspond à la deuxième des quatre étapes du calendrier de déconfinement fixé par l’Etat : outre la réouverture des restaurants et des bars, les musées, les monuments, cinémas et théâtres vont lever le rideau. Le couvre-feu sera décalé à 21 heures.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *