Faut-il craindre un confinement à Nantes ?

Pour l’instant, le taux d’incidence observé dans la métropole nantaise reste très inférieur à celui de Nice où un durcissement des mesures sanitaires va entrer en vigueur. Néanmoins, les variants de la Covid-19, réputés plus contagieux, s’installent irrémédiablement sur le territoire.

Le département de Loire-Atlantique est toujours classé en situation de vulnérabilité élevée par les autorités sanitaires, mais rien n’y indique pour l’instant l’imminence d’un confinement comparable à celui qui a été décrété à Nice (Alpes-Maritimes), et très prochainement à Dunkerque (Nord).
Certes le taux d’incidence du virus, qui permet de mesurer le nombre de cas positifs par tranche de 100 000 habitants, a progressé depuis vendredi pour s’établir à 132,30, contre 106 trois jours auparavant. Ce chiffre reste toutefois inférieur aux moyennes régionale (140,90) et nationale (201,7). Il est même plus bas dans le périmètre de l’agglomération Nantaise (environ 115 diagnostics sur 100 000), loin très loin des courbes enregistrées à Nice (plus de 700) et à Dunkerque (plus de 900).
Le part des entrées aux urgences liées à des affections graves à la Covid-19 semblent également légèrement se détendre avec 2 % de passages mardi dernier, conte 4% le 19 février. En revanche, la comptabilisation des patients suivis en réanimation, ne diminue pas et continue à se stabiliser à un niveau relativement élevé, soit 22 places occupées (4 de plus en quatre jours).

Signe moins rassurant : la progression quasi irrémédiable des variants, des formes nouvelles de la maladie qui inquiètent les soignants en raison de leur plus grande capacité de contamination : les dernières données livrées par l’ARS donnent une tendance indicative de leur niveau d’installation au sein des publics infectés : le 19 février dernier, 508 des 1053 prélèvements effectués en Loire-Atlantique étaient dus à ces mutants, soit 48,24 % des cas. Cette proportion aurait encore augmenté en début de semaine (770 des 1 230 prélèvements réalisés à l’échelle du département, soit un taux de 62,6, bien supérieur à la moyenne régionale de 49 %).

Compte tenu de ces perspectives, la stratégie de vaccination apparaît comme la seule parade susceptible d’enrayer l’épidémie : selon l’Agence régionale de Santé, 51 500 personnes ont reçu une première dose en Loire-Atlantique, et plus de 27 500 personnes en sont à deux, ce qui théoriquement en fait des sujets immunisés contre le virus.
En Loire-Atlantique, un total d’1,4 million d’habitants sont potentiellement vaccinables. La première phase de la campagne, qui a coïncidé avec la mise sur le marché des solutions à ARN-messager développés par Pfizer/BioNTech et Moderna, a d’abord ciblé les personnels vulnérables des EHPAD, les personnels soignants de plus de 50 ans et les seniors âgés de plus de 75 ans. L’arrivée du vaccin d’AstraZeneca a permis aux pouvoirs publics d’élargir l’offre aux populations fragiles de plus de 50 ans, notamment via les services de santé au travail.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *