Manifestations : les commerçants seront indemnisés à Nantes

La maire Johanna Rolland a demandé au ministre de l’Intérieur d’’ouvrir un fonds d’’indemnisation pour dédommager les commerçants victimes de dégradations lors des manifestations.

rolland

Depuis mars, et la présentation du projet de réforme du Code du Travail, portée par la ministre Myriam El Khomri, Nantes vit au rythme des manifestations. En deux mois, la ville en a connu une bonne dizaine, certaines organisées dans le cadre de grandes journées de mobilisation unitaires, d’’autres à l’’initiative des étudiants et lycéens, sans compter les rassemblements de l’’opération « Nuit Debout ».
Ces défilés, parasités presque à chaque fois par des groupes de casseurs très déterminés, a laissé des traces dans le centre-ville. Personne n’’a oublié le pillage du magasin Go Sport en avril, mais aussi les incendies de poubelles et de voitures, les vitrines brisées, les rues dépavées, les terrasses de bistrot repliées en urgence, les cordons de CRS, les jets de pierre, les nuées de gaz lacrymogène……

Sous la pression des commerçants vandalisés, la maire de Nantes Johanna Rolland a saisi le ministère de l’’Intérieur afin que soit constitué un fond d’’indemnisation pour les entreprises qui ont été victimes de dégradations matérielles, et celles qui, d’’une manière ou d’une autre, estiment avoir subi une perte de chiffre d’’affaires liée aux évènements.
« Le ministère de l’’Intérieur m’’a confirmé qu’’il prenait en compte ma demande d’’un examen attentif au préjudice subi par les commerçants victimes de dégradations » a annoncé l’’élue nantaise qui déplore, depuis un an déjà, les atteintes régulières à l’’image de la Ville, épicentre également de la contestation contre l’’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Dès le mois de mars, les commerçants du centre-ville et la chambre de Commerce et d’’Industrie (CCI) avaient chiffré à « plusieurs centaines de milliers d’’euros de chiffre d’’affaires perdus ». On imagine à peine ce que doit être le montant de la facture deux mois après.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *