Ports en profondeur, l’idée est nantaise !

L’entreprise Blue Ring a été crée en mai 2007 en partenariat avec les groupes SCE et Soletanche. Skipper de talent et ingénieur en Travaux Publics, son créateur Damien GRIMONT est issu de l’entreprise Bachy spécialisée en fondations spéciales et travaux maritimes. A l’image de son créateur, Blue Ring souhaite proposer des projets innovants en faisant coïncider les univers des Travaux Publics et de la mer. L’objectif : créer les ports du XXIème siècle, intégrés à la ville et respectant l’environnement.

Le concept central de Blue Ring est de construire des infrastructures maritimes circulaires avec l’expérience de la construction des parkings souterrains. Toute l’originalité réside dans l’idée de ports en profondeur. Blue Ring a même l’exclusivité d’exploitation d’un brevet détenu par SOLETANCHE BACHY qui vise à construire, grâce au concept circulaire auto-stable, des ports verticaux, superposant les usages, dans des natures de terrains difficilement constructibles (estuaires). Ceci, en revalorisant des friches industrielles et en enterrant des produits de dragage ou des terres souillées à l’intérieur. Très intéressant pour les partenariats public/privé, cette concentration verticale libère du foncier tout en créant un centre attractif.

2. Se donner les moyens de réussir

La mise au point du concept avance. Elle coà»te, mais moins que l’innovation pure comme la recherche fondamentale qui nécessite plusieurs millions d’euros. Cependant, les principales difficultés du projet concernent plutôt les procédures administratives et juridiques de montage d’une telle opération. Le domaine maritime fait intégralement partie du domaine public, et dès que le projet sera réalisé et réussi en France, il sera réalisable partout dans le monde. La question est de savoir comment une collectivité locale va pouvoir acheter directement un tel concept breveté ? C’est pour cette raison que de nombreux acteurs économiques et institutionnels croyant à  son potentiel sont rassemblés autour de ce projet (Atlanpole, l’Ecole Centrale de Nantes, l’Université, l’Ecole de Design, Hydrocéan, le Pôle Génie Civil Ouest, le GEM).

3. Un consortium fort

Aujourd’hui, malgré les nombreux acteurs sur le marché des marinas, il n’y a pas de concurrence réelle sur le principe de construction. Le but est de créer le besoin des maîtres d’ouvrage pour pouvoir ensuite lancer un appel d’offres. L’avantage c’est que le projet est très sécurisé techniquement. C’est une sorte de consortium rassemblant une technologie brevetée, le concepteur de l’intégralité du projet et le constructeur. Malgré la crise freinant les financements des collectivités territoriales, Blue Ring espère commencer ses travaux en 2010. Le marché de la plaisance est vraiment demandeur. Un premier prototype pourrait être créé, dans les Pays de la Loire, en tant que première référence et en guise de vitrine pour l’international.

Post author

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *