Notre-Dame-des-Landes : les anti-aéroports mis en échec

Sans surprise, le tribunal administratif de Nantes a rejeté ce vendredi l’’ensemble des recours juridiques déposés par les opposants au projet d’’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

nddl

« Par 14 jugements rendus le 17 juillet 2015, le tribunal administratif de Nantes rejette tous les recours qui lui ont été présentés lors de l’audience du 18 juin dernier » ont, laconiquement, indiqué les magistrats nantais dans un communiqué, après examen du lourd dossier constitué par les résistants au projet d’’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Cette procédure, que beaucoup jugeait décisive dans le long processus juridique qui devait conduire (ou non) au démarrage des travaux au nord-ouest de la métropole nantaise, portait sur les problématiques environnementales posées par la perte des zones humides incluses dans le site du futur aéroport destiné à supplanter Nantes-Atlantique avant 2020. 17 recours avaient été déposées pour contester les arrêtés préfectoraux qui, dès 2013, donnaient pourtant le feu vert à Vinci et à sa filiale Aéroports du Grand Ouest (AGO) pour débuter le chantier, après plus de dix ans de bataille judicaire.

L’’argumentaire des plaignants reposait sur la vacuité des mesures promises par Vinci et l’’Etat dans le cadre de la Loi sur l’’Eau et la réglementation sur les espèces protégées.

Leurs requêtes ont été rejetées par les juges qui, du même coup, ont reconnu la validité des autorisations préfectorales, ouvrant la voie à un démarrage des travaux sur le site de Notre-Dame-des-Landes qui occupe une superficie totale de 1 650 hectares. En 2014, Manuel Valls et la ministre de l’’Ecologie Ségolène Royal avaient promis, suite à un accord avec Europe Ecologie Les Verts (EELV), que les pelleteuses n’’entreraient pas en action tant que tous les recours juridiques engagés par les anti-aéroports n’’auront pas été purgés. Le tribunal administratif de Nantes vient de faire expirer cet ultime compte à rebours.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *