Les étapes de la vaccination à Nantes

Les premières doses ont été administrées aux soignants du CHU dès mercredi. Suivent, ce jeudi, les résidents volontaires de deux Ehpad.

C’est un nouveau départ dans la lutte contre la propagation de la Covid-19. Les premières doses (4 000 dans un premier temps) du très attendu vaccin Pfizer-BioNTech, première solution mise sur le marché depuis l’irruption de la pandémie il y a près d’un an, sont arrivées mercredi en Loire-Atlantique. La logistique était prête pour préparer le stockage de ce produit destiné à accélérer l’immunité collective contre le nouveau coronavirus : le CHU de Nantes a été équipé en décembre d’un supercongélateur apte à maintenir à une température de – 80 C° les précieux flacons expédiés par le laboratoire américain.

Sur place, une cellule de coordination « Vaccination Covid-19 » a été constituée pour garantir la fluidité des acheminements et veiller à la bonne marche de la stratégie adoptée par les autorités sanitaires du département : celle-ci prévoyait d’abord un ciblage du personnel soignant (de plus de 50 ans) en poste à l’hôpital. Cette pré-campagne, qui a débuté mercredi, va se poursuivre ce jeudi en direction des premiers publics vulnérables, ceux de l’Ehpad de La Seilleraye à Carquefou.

Comme partout ailleurs, les vaccinations administrées dans ces établissements médicalisés se feront sur la base du volontariat et/ou du consentement des familles des résidents, une population âgée et fragile. Ce sera le cas également,, en début de semaine prochaine, dans deux autres EHPAD (Pirmil et Beauséjour à Nantes).

Dès vendredi 8 janvier, les médecins et infirmiers libéraux de plus de 50 ans auront, eux aussi, la possibilité de recevoir leur première dose : cette opération se déroulera dans les locaux de l’ancienne gare routière mis à disposition par la Ville de Nantes, allée Baco (de 8 heures à 20 heures du lundi au vendredi et de 9h à 17h les samedis et dimanches). Pour rappel, un service de dépistage avait déjà été installé dans cette structure. Dès le 11 janvier, ce dispositif sera complété par l’ouverture de deux nouveaux centres d’accueil, à Saint-Nazaire et Chateaubriant.

A partir du 18 janvier, la campagne se poursuivra dans les Ehpad qui ne sont pas affiliés au CHU, à un rythme de « cinq à six établissements par jour », annoncent les autorités.
La prochaine étape de la vaccination, à destination du grand public, donnera lieu à l’ouverture d’autres salles : là aussi, les personnes âgées et fragiles seront prioritaires.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *