Quatre perquisitions en deux jours à Nantes

Dans le cadre de l’’état d’’urgence décrété par la Président de la République suite aux attentats perpétrés à Paris le 13 novembre, la brigade de recherches et d’intervention (BRI) a fouillé plusieurs logements dans l’’agglomération de Nantes.

Mardi et mercredi, les hommes de la brigade de recherche et d’intervention, unité spéciale de la police judiciaire, ont renforcé leurs investigations et mené plusieurs perquisitions aux domiciles de plusieurs suspects potentiellement dangereux. Il y a deux jours, le Préfet de Loire-Atlantique avait délivré des autorisations pour effectuer deux fouilles dans une habitation à Chantenay (au sud de l’’agglomération) et dans une autre située sur l’’Ile de Beaulieu où une arme a été saisie. Suite à ces deux interventions, une jeune fille avait été interpellée et placée en garde à vue, mais après interrogatoire, les services de police l’’ont finalement laissée sortir. Aucune poursuite n’a été engagée à son encontre. Une arme avait été saisie sur les lieux.
Ce mercredi matin, la BRI portait d’’autres suspicions sur un autre nantais localisé dans le quartier Malakoff. Intervenue vers 5 heures du matin, la perquisition de son logement n’’a rien donné, mais d’’autres policiers ont investi, au même moment, une autre habitation à Saint-Herblain où le même individu était recherché. Ces deux dernières opérations n’’ont donné lieu à aucune garde à vue.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *