Nantes : Pas de lignes SNCF vers St-Gilles et Pornic cet été

La compagnie ferroviaire repousse à septembre la réouverture des deux lignes Nantes-Pornic et Nantes-Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Le conseil régional et le Département de Loire-Atlantique n’’excluent pas un dépôt de plainte contre la SNCF pour préjudice économique.

tgv

En travaux depuis septembre 2014, ces deux lignes très touristiques devaient rouvrir le 5 juillet prochain pour la saison estivale. Il faudra encore attendre. A l’’occasion d’’une réunion avec les élus locaux, SNCF Reseau a annoncé, en dernière minute, le report de cette mise en service, les derniers contrôles réglementaires ayant révélé «  que plusieurs actions d’’amélioration devaient être engagées pour garantir une totale sécurité des circulations ». Autrement dit : La compagnie n’’est pas prête à lancer des trains sur ces deux tronçons longs de 84 kilomètres vers Saint-Gilles, et de 30 kilomètres depuis Sainte-Pazanne jusqu’à Pornic. Aux finitions qui seront menées jusqu’’à la fin juillet sur les rails, suivra une nouvelle série de vérifications pendant un mois. Calculez : il ne faut pas compter sur une réouverture avant septembre. D’’ici là, les touristes dépourvus d’’automobiles devront continuer à emprunter des cars pour rejoindre le littoral, mais « ce service de remplacement sera renforcé » promet la SNCF.

Du côté des élus, on a vu rouge. Jacques Auxiette notamment a fustigé le manque de réactivité de la SNCF : « Les 4 et 10 juin, des réunions ont été organisées pour évoquer la fin de ces travaux, on ne nous a rien dit. Il a fallu attendre ces derniers jours pour être courant du retard, c’’est une honte ». Très remonté, le président de la Région, qui tente encore de négocier une ouverture pour le mois d’août, a dénoncé « la disgrâce, le détachement, la désinvolture, le mépris et l’’incompétence du management industriel de la SNCF ».
Rappelons que la région Pays de la Loire finance plus de la moitié des 108 millions d’’euros d’’investissements prévus pour la modernisation de ces deux lignes, travaux qui visent notamment à porter la vitesse des trains de 60 km/h à 100 puis 140 km/h.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *