Les salariés virés de Waterman (Saint-Herblain) devront former des polonais

La direction de l’usine Waterman de Saint-Herblain a promis à 13 de ses salariés une prime de 1 000 euros s’ils acceptent de former les travailleurs polonais qui les remplaceront après leur licenciement.

Un seul site au monde fabrique les fameux stylos plume Waterman : et c’est à Saint-Herblain (Loire-Atlantique). L’entreprise avait été rachetée il y a une dizaine d’années par le groupe américain Newell Rubbermaid, également à la tête de nombreuses autres marques phares du marché de l’écriture, Parker, Paper-mate ou Reynolds.

Le service client transféré en Pologne

Début 2013, le groupe avait dévoilé un plan social visant à restructurer plusieurs des services en place sur son site nantais : cadeaux d’affaires, distribution, service après-vente. Il était également prévu de délocaliser le service clients en Pologne. Au total, 72 salariés devaient perdre leur poste (une quarantaine en réalité car des reclassements internes devraient être proposés sur l’activité des recharges Rotring, rapatriée en France).
A ce choc s’est ajouté un sentiment d’humiliation lorsque Rubbermaid a proposé à 13 de ses employés de former leurs successeurs polonais, moyennant une prime de 1 000 euros.

Ce jeudi matin, plusieurs salariés herblinois ont manifesté sur leur lieu de travail afin de protester contre la « méthode » de leur maison-mère.
L’entreprise Waterman fait travailler environ 450 personnes. En 2012 et 2013, la direction déplorait la mauvaise santé du marché de l’écriture en Europe, qui a engendré une baisse de 16% de la production à Saint-Herblain.
Mais les projets de restructurations au sein de l’usine ne datent pas d’aujourd’hui. Trois plans sociaux y ont été engagés ces quinze dernières années.

Rubbermaid gère également un site Waterman à Valence (Drôme) et à Boulogne-Billancourt (Ile-de-France). L’activité de l’américain ne se borne pas aux fournitures de bureau : il vend aussi des poubelles, des poussettes et des outils de bricolage.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *