Législatives partielles : la gauche toujours en tête à Nantes

Malgré les divisions politiques et le mauvais bilan du gouvernement, le siège laissé vacant par Jean-Marc Ayrault à l’’Assemblée Nationale devrait rester dans le giron de la majorité socialiste.

député assemblée

90 000 électeurs résidant dans la troisième circonscription de Loire-Atlantique (dont 27 000 à Nantes même) étaient appelés aux urnes dimanche à l’’occasion du premier tour d’’une législative partielle qui vise à pourvoir le siège de député laissé vacant par Jean-Marc Ayrault après son retour au gouvernement en février dernier.

Pas de majorité absolue au Palais Bourbon

A l’’issue de ce scrutin, marqué par un fort taux d’’abstention (75%), la candidate socialiste Karine Daniel, 42 ans, adjointe au Maire de Nantes en charge de l’’Enseignement Supérieur et de la Recherche, arrive en tête (30,41% des suffrages), assez loin devant son adversaire de droite Matthieu Annereau, 35 ans, conseiller municipal de Saint-Herblain et élu au conseil de Nantes métropole sous l’’étiquette du parti Les Républicains (23,54%). Ils se retrouveront dimanche prochain dans un duel classique gauche-droite auquel cette circonscription est assez peu habituée : Jean-Marc Ayrault, ex-maire de Nantes, y a été élu trois fois dès le premier tour en 1988, 2002 et 2012, et toujours avec une forte longueur d’’avance après qu’un ballotage l’ait contraint à en disputer un second (1993, 1997, 2007). C’est dire si la réserve de voix socialistes est importante dans ce territoire électoral acquis à la gauche depuis près de 40 ans.

Dimanche soir, l’’écologiste Jean-François Tallio a recueilli 17,05% des voix, devant la candidate Front national Eléonore Revel, quatrième (11,30%). Suivent la communiste Gilles Bontemps (5,04%) et Philippe Abarnou (Debout la France) avec 4,05%. Les cinq autres candidats (ils étaient onze en lice au total) n’’ont pas franchi la barre des 3%.
L’’enjeu national de cette élection n’’est pas sans importance, même s’’il n’a rien de décisif dans une passe qui reste de toute façon très difficile pour la gauche : le camps socialiste, qui occupe aujourd’’hui 285 sièges à l’’Assemblée Nationale, n’ y détient plus la majorité absolue (289 sièges) depuis un an.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *