Un cadre licencié pour avoir fait du covoiturage entre Bordeaux et Nantes

Il était en poste à Bordeaux mais le siège de son entreprise se trouvait à Bouguenais, près de Nantes. Pendant le voyage, qui durait trois heures, le salarié proposait du covoiturage à des particuliers qu’’il embarquait dans sa voiture de fonction. Son employeur ne lui a pas pardonné.

licenciement

Que faire de son temps de trajet entre Bordeaux et Nantes ? Un cadre en poste en Gironde avait décidé d’’employer ces trois heures utilement en proposant du co-voiturage à des particuliers. Selon Ouest France, qui rapporte l’’information, son véhicule de fonction était inscrit sur le site spécialisé Blablacar, mais à l’’insu de son entreprise. L’’intéressé prétexte qu’’il trouvait plus logique de réaliser ce voyage accompagné que seul, argument qui tient la route en soi, mais n’’a pas convaincu son employeur. Ce directeur technique a été licencié, procédure qu’’il va contester devant les prud’’hommes, dans l’’espoir qu’’ils lui accordent 340 000 euros afin d’éponger son préjudice.
Pour renforcer son argumentaire, le plaignant affirme que l’’argent récolté au titre de ses prestations de co-voiturage était reversé à deux associations caritatives et humanitaires, les Clowns Stéthoscopes engagés dans le divertissement des enfants hospitalisés à Bordeaux, et Surfrider qui lutte contre la pollution des océans. Le montant des dons, 610 euros, permettait aussi à leur pourvoyeur de bénéficier de réduction d’’impôt. Ce qui fait dire à son employeur que « l’’utilisation de la voiture de l’’entreprise avait bien un objectif financier ».
Les prud’’hommes de Nantes rendront leur décision le 4 juillet.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *