Transfert de Sala : Cardiff accuse Nantes d’irrégularités

Quatre mois après la mort accidentelle du footballeur argentin, les deux clubs se livrent à un bras de fer juridique sur fonds d’importants enjeux financiers.


La procédure engagée par le FC Nantes auprès de la Fifa au sujet du non-règlement du montant du transfert d’Emiliano Sala par son club recruteur, Cardiff (17 millions d’euros), a pris une nouvelle tournure après la découverte des arguments défensifs compilés par le club gallois dans le dossier envoyé à l’instance internationale. Par l’intermédiaire de leur avocat, les dirigeants britanniques comptent s’appuyer sur des failles juridiques et plusieurs vices de forme pour justifier leur décision de ne pas tenir leur engagement financier à l’égard du FCN. Ils invoquent notamment une clause inscrite dans l’accord écrit qu’ils avaient conclus avec leurs homologues français à propos du transfert de l’attaquant argentin, lors du mercato hivernal de janvier dernier. Cette disposition rendrait ledit document « nul et non avenu, et sans paiement dû » au motif que le conseil d’administration de la Premier League n’a jamais homologué le contrat du joueur, dont une première version avait été rejetée avant sa mort. Or, Sala devait en signer une seconde conforme aux règles du championnat anglais lors de son arrivée officielle à Cardiff, le 22 janvier.

Nantes responsable de la mort de Sala ?

D’après des informations rapportées par le quotidien The Daily Telegraph, les gallois reprochent également aux Canaris d’avoir commis une autre faute de procédure, celle de n’avoir pas respecté l’Annexe 3 du Règlement sur le statut et le transfert des joueurs (RSTP) de la Fifa, qui impose aux clubs, lors d’une transaction sportive, de mentionner dans un logiciel spécifique – le TMS (Transfer Matching System) – le « nom et la commission de l’intermédiaire du club » qui est intervenu dans l’opération, en l’occurrence Mark McKay. Ce que les dirigeants du FCN auraient omis de faire, sous peine de s’exposer à des sanctions*.

Beaucoup plus grave encore sur le plan éthique : Cardiff accuse Nantes d’être responsable, par procuration, du décès du footballeur. C’est en effet Willie McKay, le père de l’agent mandaté par le club français, qui a organisé le voyage aérien dans lequel ont péri Sala et le pilote de l’appareil, David Ibbotson, lui aussi embauché par la famille McKay.

*les dirigeants nantais estiment au contraire, que les modalités de la vente sont valides dès lors que la Ligue de Football Professionnel (LFP) et la FIFA avaient enregistré l’opération et délivré le certificat international de transfert.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *