Ségolène Royal s’oppose à un projet d’autoroute en Vendée

Le tronçon d’autoroute entre Fontenay-le-Comte et Rochefort ne fera l’objet d’aucun appel d’offres, a décidé la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal. Ce axe devait relier Nantes à Bordeaux, via la Vendée et la Charente-Maritime, en évitant un crochet par Niort.

Ce projet autoroutier (A831) de 64 kilomètres entre Fontenay-le-Comte (Vendée) et Rochefort (Charente-Maritime)  avait été déclaré d’utilité publique dès 2005. En 2011, le premier ministre François Fillon avait même donné son feu vert au conseil général de Vendée avant la signature d’un protocole financier entre les départements et l’Etat. Trois ans plus tard, ce chantier, estimé à 900 millions d’euros, est toujours au point mort. Pire : Ségolène Royal, devenue ministre de l’Ecologie en avril 2014, n’a pas du tout l’intention de le débloquer et s’oppose même fermement à son démarrage.

Ce week-end, l’ex-présidente de la Région Poitou-Charentes a annoncé que son ministère ne mettrait pas en route l’appel d’offres aux entreprises, une décision qu’elle justifie par des raisons environnementales (le futur tronçon doit traverser deux zones humides, soir une partie du marais Poitevin, qui vient de retrouver son label parc naturel régional, et le Marais de Rochefort), mais aussi budgétaires.

Jacques Auxiette s’oppose à Ségolène Royal

Le protocole financier prévoyait une prise en charge de l’Etat à hauteur de 137,5 millions d’euros, mais, selon Ségolène Royal, « l’Etat ne cofinancera pas cette infrastructure, classée dans les projets non prioritaires ».
A l’origine, l’A831 devait permettre de décongestionner les RN et RD 137 qui desservent La Rochelle par le sud et par la nord, et raccourcir la distance entre Nantes et Bordeaux en prolongeant l’A83 à partir de Fontenay-le-Comte.

Dans un communiqué, le président de la région Pays de la Loire Jacques Auxiette dénonce « la déclaration de Madame Royal » qui intervient, selon lui, « de façon totalement improvisée tandis que les services de l’Etat, mais aussi ceux des collectivités locales, travaillent en étroite collaboration depuis des semaines à la finalisation du projet ». Il annonce avoir « rencontré Michel Sapin pour examiner les conditions de financement des travaux de l’autoroute dont la construction créera de l’emploi, et dont la mise en service apportera de l’activité dans le Sud de la Vendée ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *