Pays de la Loire : la majorité repasse à droite

Le Conseil Régional des Pays de la Loire sera dominé par la droite (54 sièges sur 93) et présidé par le sénateur vendéen de 55 ans Bruno Retailleau, ancien proche de Philippe de Villiers passé aux côtés de Nicolas Sarkozy en 2012.

retailleau

Onze ans après la victoire surprise de la gauche et de Jacques Auxiette, le jeu de bascule politique, qui imprime son rythme à la démocratie française, a fonctionné à plein à l’’occasion de ces élections régionales. En Pays-de-la-Loire, c’’est la droite dite traditionnelle qui reprend le flambeau pour six ans, et son leader Bruno Retailleau (photo), un sénateur de 55 ans passé sous la bannière de l’’UMP en 2012, réussit là où François Fillon puis Christophe Béchu avaient échoué en 2004 et 2010. Sa liste (42,7%) devance de cinq points celle du parti socialiste emmenée par Christophe Clergeau (37,56%) qui comptait sur le ralliement des forces de gauche pour faire la différence sur ses deux adversaires LR et FN , d’’où l’’accord passé avec les écologistes dans l’’entre-deux-tours, malgré les divergences qui opposent les deux camps sur le dossier brûlant de l’’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le fait est que cette stratégie purement électoraliste a plutôt payé du côté PS : Clergeau augmente de douze points son score du premier tour (25,75%), différentiel qui, sur le plan arithmétique, correspond peu ou prou à la réserve de voix que lui offraient EELV (7,82%) et le Parti Communiste (3,33%). Mais cette addition se révélait vite insuffisante pour la gauche qui, pour l’’emporter, espérait capter les suffrages des abstentionnistes du premier tour.

Il est vrai que les électeurs se sont davantage déplacés dimanche (+5 points), mais ce sursaut de participation a davantage profité à Bruno Retailleau, et clairement joué en défaveur du candidat Front National Pascal Gannat qui ne parvient pas à maintenir son score réalisé au scrutin précédent (19,74% des voix, après 21,3%) mais conquiert tout de même treize sièges au sein du futur conseil régional. Une première pour l’extrême-droite dans ce territoire réputé pour sa modération.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *