Nantes : que va devenir le stade de La Beaujoire ?

Si le projet d’un nouveau stade pour le FC Nantes est maintenu, le programme immobilier dans lequel il devait s’inscrire n’est plus à l’ordre du jour. La nouvelle réjouit ceux qui ne souhaitaient ne pas voir disparaître La Beaujoire. L’enceinte emblématique des Canaris ne sera en effet pas démolie.

La maire de Nantes vient de tuer dans l’œuf le projet porté depuis des années par Valdemar Kita, le président du FCN. Il y a un an, l’homme d’affaires franco-polonais était parvenu à trouver un accord avec la Municipalité en vue d’ériger un stade ultra-moderne pour son club, un équipement de 40 000 places apte à accueillir certaines compétitions des JO français dès 2024. Si la construction de cette nouvelle infrastructure sportive reste d’actualité, le programme immobilier Yellopark, dont il devait être l’épicentre, a bel et bien été enterré. Ainsi en a décidé Johanna Rolland, sensible aux voix discordantes qui, au cours de ces derniers mois, se sont élevées à ce sujet au sein de sa majorité, et notamment dans les rangs de ses alliés écologistes, hostiles à la réalisation de ce gros programme urbain initialement prévu sur une surface de 20 hectares.

Du rugby à la place du football ?

Que va-t-il rester de YelloPark ? Rien ou presque. Exit notamment le projet immobilier qui prévoyait la construction de quelque 1 500 logements de part et d’autres d’un espace vert réaménagé sur le terrain (conservé) de l’actuelle Beaujoire dont les tribunes étaient, elles, vouées à une spectaculaire démolition. C’est juste à côté, sur l’emprise du parking attenant au stade, que le nouvel écrin du FCN devait être érigé. Pour l’heure, rien n’indique que cette nouvelle enceinte, financée avec des fonds privés (un investissement de 200 millions d’euros est annoncé), ne verra pas le jour. Ce qui est sûr en revanche, c’est que la mythique Beaujoire, inaugurée en 1984 à l’occasion de l’Euro de football, ne va pas être rayée de la carte. En l’état actuel du dossier, et si tous les éléments présentés suivent désormais leur cours normalement, deux monumentaux ouvrages en béton vont donc se faire face sur le même site : « Il y a un fort attachement à ce stade » a souligné Johanna Rolland lors d’une conférence de presse « Nous voulons lui donner une deuxième vie. Il conservera une vocation sportive ». Le Stade Nantais de rugby, qui évolue à Pascal-Laporte (centre-ville), pourrait déménager en périphérie et devenir le club résidant.

Pour justifier l’abandon de YelloPark, la maire a ajouté : « Un élu moderne doit avoir des convictions fermes. Et sur ce dossier, j’en ai une. Pas d’argent public pour le football professionnel. Mais un élu moderne doit également écouter. J’ai entendu les habitants. Ils m’ont dit des choses. C’est de ma responsabilité de tenir compte de leurs avis ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *