Nantes : le nouveau stade enterré par Johanna Rolland

La métropole ne vendra pas le terrain sur lequel le président du FCN souhaitait construire une enceinte de 40 000 places.

© Réalités
© Réalités

YelloPark, où devait se nicher le futur antre des Canaris, vient d’être tué dans l’œuf : l’annonce est tombée drue ce lundi après-midi par l’intermédiaire d’un bref communiqué dans lequel les services de la présidente de l’institution Johanna Rolland affirment que la cession de la parcelle où le projet devait émerger avant 2023 est désormais « impossible ».

Selon toute vraisemblance, l’enquête préliminaire ouverte à l’encontre de propriétaire du FC Nantes Waldemar Kita, soupçonné de fraude fiscale par le parquet national financier, constitue un nouvel obstacle que les élus se refusent à vouloir franchir dans un contexte rendu déjà très difficile par la fronde toujours plus vive et organisée d’associations de supporters opposées à YelloPark :« Sans préjuger évidemment des suites de cette enquête, il est clair que le projet ne pourra, en tout état de cause, pas se dérouler dans les délais envisagés, ni dans un climat serein, quelles qu’en soient les conclusions » souligne le communiqué.

Le stade de 40 000 places, porté à bout de bras par l’homme fort du FCN, est donc enterré, bien que la tonalité employée par Johanna Rolland s’emploie à atténuer le caractère rédhibitoire de cette décision : « La question d’un stade durablement à la hauteur de la 6e ville de France et de son club reste posée à moyen terme » précise-t-elle, à condition que l’équipement « à destination du foot business » ne coûte « pas un euro d’argent public ».

Un financement 100% privé

Kita l’avait bien compris qui avait axé son projet sur un modèle économique assis sur un consortium d’investisseurs privés, sans que les contours du montage financier propre à couvrir les 200 millions d’euros nécessaires n’aient jamais été clairement définis : Waldmar Kita comptait notamment profiter de la hausse des droits TV sur la Ligue 1 prévus en 2020 pour alléger le coût du crédit contracté par le club auprès de la Banque Lazard.

Rappelons qu’à l’origine, YelloPark comprenait un programme de logements à bâtir à l’emplacement de l’actuel stade La Beaujoire, lequel devait être démoli. Mais cette ambitieuse première mouture (voir la photo ci-dessus) avait été retoquée en novembre dernier par la métropole, redimensionnant finalement un projet bancal où deux infrastructures auraient été amenées à coexister sur le même site.

Finalement, l’enceinte historique (inaugurée en 1984) va donc subsister et rester à l’usage des footballeurs. Nantes Métropole en « restera le propriétaire ». L’institution promet d’y « conduire les travaux d’entretien et d’amélioration tels qu’ils étaient initialement prévus, ainsi que ceux permettant l’accueil de la Coupe du Monde de rugby en 2023 ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *