Nantes, la métropole la plus « attractive » de France ?

C’est la conclusion du cabinet Arthur Loyd qui fonde son avis sur une série de critères économiques et démographiques.

Une qualité de vie en baisse, mais un niveau d’emplois en forte hausse entre 2014 et 2018 et une population galopante…Nantes collectionne, selon le cabinet conseil en immobilier Arthur Loyd, des « bons points » décisifs qui font d’elle la « grande métropole » la plus attractive de France. Cette santé de fer se reflète dans ses résultats économiques, marqués par un important flux de créations nettes de postes dénombrées par la loupe officielle de l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) : sur le période 2014-2018, 14 477 nouveaux emplois ont été comptabilisées dans la capitale ligérienne, un résultat, certes très inférieur à celui de Paris (+109 701) et deux fois plus faible qu’à Lyon (+27 854), mais de tendance comparable à la courbe toulousaine (+17 907). Surtout, en réduisant la focale à l’échelle du grand quart nord ouest, Nantes domine largement, jusqu’à écraser sa concurrente bretonne, Rennes (+ 7 615). En Pays de la Loire, la deuxième marche du podium est occupé par Angers (+ 3694, qui, dans ce registre, figure en 14ème postion du classement d’Arthur Loyd) et la troisième par La Roche-sur-Yon, 19e (+ 2 631). Viennent ensuite Ancenis, 28e (+ 1 960) et Saint-Nazaire, 29e (+ 1 845).

Le plus grand bassin de main d’oeuvre en France

Ce dynamisme économique en entraîne un autre, tout aussi significatif en ce qu’il booste le bilan démographique de la ville. A en croire le cabinet conseil, qui signale avoir passé au crible 45 aires urbaines regroupant à elles-toutes 77 % de la population française, Nantes a gagné +10,1% d’habitants sur la période considérée, soit presque autant que Montpellier (+10,6%), premier de ce palmarès. Avec sa voisine rennaise, l’ancienne cité des Ducs aurait, selon l’étude, dégagé en six ans un solde positif « équivalent, en nombre, au total de la population recensé dans l’aire urbaine de Bourges ! ».
Au-delà des chiffres bruts et de ces deux leviers majeurs que sont la création d’emploi et la croissance démographique, en quoi Nantes fait-elle la différence par rapport à ses homologues françaises rangées, comme elle, dans la catégorie des grandes métropoles ?
Arthur Loyd évoque « un bassin de main d’œuvre de 429 000 emplois, le plus grand parmi les espaces urbains comparables » et, en plus de cet atout, « un capital humain, un potentiel d’innovation et une connexion aux autres territoires ».
Seuls bémols, et non des moindre « une qualité de c=vie qui tend à se détériorer (8ème sur 10), en raison notamment du coût de l’immobilier et d’une « offre de soins insuffisante par rapport à ses rivales »

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *