Nantes hérite d’un salon du végétal sans subvention

Le plus gros salon du végétal français, organisé à Angers depuis plus de trente ans, va atterrir à Nantes en juin 2017. Un déménagement qui risque de déclencher une guerre de subventions.

argent

La nouvelle est tombée comme une foudre il y une semaine à Angers. L’’un des salons emblématiques de la ville, prolongement évènementiel du pôle de Compétitivité dédié au végétal, devait rejoindre Nantes en 2017, après de 30 ans passés en Maine-et-Loire. Il s’agissait du plus gros salon français centré sur les plantes d’’ornement d’’intérieur et d’’extérieur. Tout naturellement, Angers s’’en servait comme d’’une vitrine nationale capable d’’offrir des débouchés économiques à sa filière locale. D’où la colère de Christophe Béchu, maire de la ville et président de la métropole, lorsqu’’il a pris connaissance de la décision du Bureau Horticole Régional de transférer l’’évènement à Nantes pour bénéficier de plus d’’espace, soit 40 000 m², au parc des expositions de la Beaujoire. L’’objectif officiel du BRH est d’’enrayer la courbe déclinante d’un rendez-vous qui voit régulièrement sa fréquentation décroître (-8% en février 2016) et son plateau d’’exposants se réduire, dans un contexte de crise pour la filière.
Mais les choses n’’en sont pas restées là : selon Ouest France, Christophe Béchu a obtenu du président de la Région Bruno Retailleau qu’’il supprime la subvention de 40 000 euros accordée habituellement au salon du végétal, enveloppe qui sera réaffectée à un évènement de substitution organisé au parc des expositions d’’Angers sur la même thématique.
Rappelons que le prochain salon du BRH se tiendra, non pas en février 2017, mais en juin 2017, les 20, 21 et 22 au Parc de la Beaujoire.

Post author

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *