Nantes dans le top 10 des villes les plus embouteillées de France

 

En 2019, les automobilistes ont perdu 140 heures dans les bouchons de l’agglomération, selon le dernier baromètre du fabricant de GPS Tom Tom.

Nantes et la voiture continuent à faire « bon » ménage, au grand dam des automobilistes eux-mêmes qui gâchent un temps inestimable dans les flux de circulation. Les données recueillies par l’enquête annuelle de Tom Tom, fabricant de GPS, permettent de quantifier l’ampleur du phénomène : la métropole ligérienne, souvent honorée pour le capital de bien-être qu’elle offre à ses habitants, concentre aussi une impressionnante densité de pots d’échappement. Certes, Nantes, classée à la dixième place des villes françaises les plus embouteillées, n’est pas Paris, Marseille ou Bordeaux qui culminent au sommet du palmarès dressé par Tom Tom.

14 heures de plus en deux ans

Néanmoins, les estimations livrées par l’étude sont suffisamment vertigineux pour qu’ils inclinent les plus sensibles et pointilleux à réfléchir et prendre un certain recul: tout d’abord, le niveau de congestion automobile mesuré dans la ville de Nantes (27%) ne diminue pas. Il augmente même, lentement mais sûrement depuis 2017 à un rythme de + 1% par an. Conséquence logique : le temps passé à bord des véhicules est toujours plus long. D’après l’enquête, les nantais ont passé 140 heures (en moyenne) dans les bouchons l’an dernier, soit cinq heures supplémentaires par rapport à 2018 et quatorze de plus qu’en 2017. Rapporté au nombre de jours ouvrés (251), ce total représente environ 33 minutes quotidiennes. 140 heures, c’est aussi l’équivalent de cinq jours, 2 425 fois la durée de la chanson « Imagine » (John Lennon) et de 124 épisodes de la série Game of Thrones.
Bien évidemment, ces constats purement mathématiques ne résistent pas à la réalité du terrain : l’été et certains jours chômés fériés, les routes nantaises sont plus supportables qu’en périodes ordinaires. Tom Tom a identifié un point blanc en 2019 –le 1er janvier – et un gros point noir, le jeudi 26 novembre. En semaine, les mardis matins (à partir de 8 heures) et les vendredis soir (à partir de 17 heures) sont les « créneaux » les plus chargés. Les mercredis et les lundis soirs sont globalement moins encombrés.

Les conclusions de Tom Tom reposent sur l’analyse de plus de 550 millions de sources recueillies auprès de son service d’information trafic en temps réel. Elles permettent notamment de pointer les progressions (légères) observées dans certaines villes, comme Marseille, Montpellier, Saint-Etienne ou encore Avignon où des aménagements routiers ont permis de soulager la circulation dans les centre-villes. Des évolutions beaucoup trop timides pour marquer une véritable inversion de tendances.

Pour info : Nantes, dixième ville française la plus embouteillées, se retrouve, dans le même registre, à la 165ème position mondiale, entre Wuhan (Chine) et Nottingham (Royaume-Uni).

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *