Mort de Steve : un rassemblement très « encadré » à Nantes

Faute de déclaration officielle en Préfecture, les autorités vont restreindre le périmètre de la manifestation organisée samedi en hommage au jeune Steve Maia Caniço, décédé à Nantes en marge de la Fête de la Musique.

Un dispositif digne de ceux qu’on avait observé lors de la l’apogée du mouvement des gilet jeunes : samedi, un rassemblement national doit se tenir dans les rue du centre-ville de Nantes pour rendre hommage à Steve Maia Caniço, dont le corps tombé dans la Loire le soir du 21 juin en pleine la Fête de la Musique, a été identifié en début de semaine. La Préfecture de Loire-Atlantique a d’ores et déjà annoncé la mise en place de mesures de précaution destinées à prévenir tout risque de débordement samedi, en marge d’un cortège qui s’annonce important en raison de la portée nationale des appels à mobilisation lancés sur les réseaux sociaux par plusieurs collectifs. Toutefois, à en croire les représentants de l’Etat, aucune déclaration officielle n’est parvenue à jusqu’à ses services. En conséquence, le périmètre ouvert aux manifestants sera très sévèrement restreint de manière à lui interdire l’accès aux rues les plus commerçantes du centre-ville (voir la carte ci-dessous).
En complément de ce cordon de sécurité, l’administration a pris trois arrêtés prohibant la vente provisoire, le transport et l’usage d’artifices (pétard, explosifs etc…), d’ objets destinés à faire office d’arme, et de tout type carburant susceptible d’être employé en tant que combustible. Cette interdiction, décrétée sur l’ensemble du territoire de l’agglomération, est valable une bonne partie de la journée, sur un créneau large de 10 heures à 20 heures.
Rappelons que l’extrême tension qui entoure l’organisation de ce rassemblement est lié à la polémique qui tend à établir un rapport entre la mort accidentelle du jeune homme de 24 ans, animateur périscolaire, et l’intervention de la police quai Wilson où se tenait une soirée techno. Au cours d’un affrontement, une dizaine de personnes étaient tombées dans le fleuve.
Depuis, le premier ministre, Edouard Philippe, a lui même fait part des conclusions issues de l’enquête menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui devait faire la lumière sur le déroulé et l’enchaînement des faits. la police des polices, avait réfuté qu’un lien puisse être lien fait entre l’opération conduite par les forces de police et la disparition de M. Steve Maia Caniço ».
Afin de lever des doutes persistant sur les responsabilités des protagonistes, l’inspection générale de l’administration (IGA) a été saisie.

Le périmètre de la manifestation à Nantes

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *