Loire-Atlantique : toujours pas d’inversion du chômage

Pour le deuxième mois consécutif, le nombre de demandeurs d’emploi s’oriente en légère hausse dans le département (+0,2%). A Nantes, le taux de chômage est légèrement inférieur à 8% de la population active, un niveau en baisse de -0,7 point sur un an.

pole emploi
En février, Pôle Emploi recensait 62 770 personnes sans activité sur l’ensemble du territoire de Loire-Atlantique. Un chiffre qui évolue peu depuis le début de l’année : la courbe repart même en très légère hausse après les quelques périodes d’embellie observées au deuxième et au troisième trimestre 2016 : entre décembre et février, la courbe progresse ainsi de +0,2%, taux qui traduit un flux supplémentaire d’environ 200 inscriptions en catégorie A. Sur la même période, le nombre de personnes exerçant des activités réduites augmente également (+0,1% sur trois mois pour les missions d’une durée inférieure à 78 heures, +3,3% pour les contrats de plus de 78 heures) : il s’agit de travailleurs précaires toujours en recherche d’un emploi stable.

Le nombre de chômeurs placés en formation professionnelle (catégorie D) chute de -6,5% entre janvier et février, après s’être fortement accru sur un an (+12,3%) sous l’effet du plan d’urgence lancé début 2016 par François Hollande à destination des personnes les moins qualifiées.

Pas d’amélioration pour les seniors

Au total, 133 050 personnes restent inscrites sur les registres de Pôle Emploi en Loire-Atlantique : c’est un peu plus qu’il y a un an (+0,2%). La situation des jeunes de moins de 25 ans s’est améliorée en 2016 (-12,6%) mais le marché du travail reste toujours aussi compliqué pour les seniors : à fin février, 14 610 quinquagénaires n’avaient aucune activité professionnelle, un chiffre qui n’évolue pas sur douze mois (+0,1%). Enfin, le chômage de longue durée recule très légèrement dans le département : 51 760 personnes sont aujourd’hui inscrites à Pôle Emploi depuis plus d’un an, soit 1 400 de moins par rapport à février 2016.
A Nantes, le taux de chômage reste stable aux alentours de 7,9% de la population active, un niveau encore très supérieur aux tendances observées avant la crise de 2008 (6%). Le pic avait été atteint à l’été 2015 (8,6% de chômeurs).

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *