Loi Travail : le patronat « consterné » en Pays de la Loire

Joël Freuchet, président du Medef au niveau régional, se fait le relais de certains dirigeants d’’entreprise « consternés » par le recul du gouvernement sur le projet de réforme du Code du Travail.

bras d efer

Sous la pression de la CFDT, les syndicats ont repris la main dans le bras de fer qui oppose le gouvernement aux partenaires sociaux dans le cadre des négociations menées sur la future Loi dite El-Khomri, qui vise à simplifier la législation du travail pour relancer l’’emploi dans les entreprises. Satisfaits par la première mouture du texte, le patronat a vu rouge après les corrections dévoilées en mars par le premier ministre Manuel Valls.

En Pays de la Loire, le président du Medef Joël Freuchet s’’insurge : « Tous les dirigeants que je rencontre sont consternés par ce qui se passe. Le Gouvernement ne doit pas reculer face aux pressions d’un conservatisme d’’un autre temps. La nouvelle version du texte de loi redonne, par exemple, le monopole du dialogue social aux seules organisations syndicales, ce qui prive 95 % des entreprises des bénéfices attendus de la réforme de départ ».

Le projet initial prévoyait notamment un plafonnement des indemnités prud’’homales en cas de licenciement abusif, et la possibilité, pour les patrons des petites entreprise, de négocier avec leurs salariés un régime en forfait-jour pour moduler le temps de travail en fonction des besoins. Deux mesures qui n’’ont pas résisté aux dernières séances de négociations avec la CFDT : selon Joël Freuchet, ce projet était, du point de vue des employeurs, très positif « car il levait certains freins à ‘l’embauche donnant une meilleure visibilité aux entrepreneurs. Malheureusement, il est en train d’’être vidé de sa substance ».

Le président du Medef craint que les prochains débats n’’édulcorent davantage encore un texte qui, par définition et malgré les bonnes intentions de départ, n’’aurait plus de réforme que le nom : « Tout n’’a pas été fait contre le chômage alors, ne faisons plus perdre de temps à l’’économie de notre pays » déclare Joël Freuchet.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *