L’impossible nouveau stade à Nantes ?

Plus qu’improbable il y a encore quelques mois, le projet de construction d’une nouvelle enceinte de 40 000 places à Nantes semble désormais en bonne voie. Le FCN de Waldemar Kita et la Municipalité négocient actuellement les modalités d’un futur plan de financement.

beaujoire

La Beaujoire, jeune trentenaire, est-elle déjà obsolète ? C’est ce que pense, depuis de nombreuses années déjà, le président du FC Nantes Waldemar Kita qui, à l’instar de ce qu’avait fait son homologue Jean-Michel Aulas à Lyon dans les années 2000, tente de porter dans l’agglomération un projet de stade moderne qui réponde aux normes drastiques des instances internationales et dynamise l’image du club. Jusqu’à récemment, ce dessein pharaonique n’avait trouvé que peu d’échos auprès des élus locaux, totalement rétifs à l’idée d’injecter des millions dans l’érection d’une énième infrastructure sportive. Inflexible hier pour de raisons budgétaires évidentes, cette position semble s’être assez subitement assouplie. A preuve, dans les colonnes du journal Ouest France, la maire Johanna Rolland a rejoint la ligne défendue par Kita, au point d’ouvrir une perspective à « cinq ou dix ans » au terme de laquelle Nantes devra, selon l’élue, être équipé d’un « nouveau stade ». Cette annonce, qui n’a pourtant rien d’officiel, traduit l’avancée des discussions entre l’actionnaire des canaris et les pouvoirs publics. Depuis 1984 et son inauguration pour l’Euro français, la Beaujoire est la propriété de la métropole. Or Waldemar Kita rêve de gérer une enceinte privée bâtie sur le même site, un plan qui reste conditionné à un accord avec la collectivité pour la cession des terrains et la mise en œuvre préalable d’un lourd chantier de démolition.

Un investisseur privé ?

En mai dernier, le président du FCN assurait que le club était en capacité de convaincre des investisseurs et de mobiliser des fonds pour autofinancer un nouveau stade. Et d’ajouter : « aujourd’hui, on ne demande rien, si ce n’est de nous permettre de le construire ». Du côté des élus, la porte a fait mieux que s’entrouvrir, comme le laisse entendre le vice-président de Nantes-Métropole en charge des Sports de haut niveau Pascal Bolo, confirmant le premier élan de Johanna Rolland : « Il y a des idées de plus en plus précises amenées par M. Kita, on peut parler d’accélération des échanges ou d’une idée qui pourrait déboucher sur une concrétisation. » (source : Ouest-France).

Ce dossier, qui s’annonce très sensible, laisse plusieurs questions en suspens. L’avenir de La Beaujoire d’abord : en l’état actuel du projet, le stade serait tout simplement voué à disparaître alors qu’une enveloppe de 13 millions d’euros a été budgétée pour sa rénovation sur la période 2014-2020. Cette première problématique en entraîne une deuxième : pour Kita, la future enceinte de 40 000 places devra être construite au même endroit, parce que le site, déjà connecté aux transports et infrastructures routières, est configuré pour accueillir ce type d’équipement. Or, dans ce ce cas de figure, l’emprise du parking (à gauche sur la photo, © Google Satellite) est le seul espace disponible. C’est là que la nouvelle arène a vocation à être érigée. L’opération consistera donc à intervertir les deux aménagements à la faveur d’un gigantesque et très coûteux jeu de chaises musicales. Or, la démolition de La Beaujoire, programmée après la mise en service du nouveau stade, risque de peser très lourd dans la facture finale. Qui mettra la main à la poche pour une opération d’une telle envergure dont la viabilité économique, liée à la fréquentation du public et aux résultats sportif du FCN, reste très incertaine sur le long terme ?

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *