Les Chantiers de Saint-Nazaire perdent les deux « Vikings »

Coup de massue à Saint-Nazaire : l’’armateur norvégien Viking River Cruises refuse de poursuivre la négociation engagée en décembre 2011 avec les chantiers navals de STX France portant sur la livraison de deux navires de croisière. Cette décision intervient au moment où l’’entreprise s’’apprête à mettre en place des mesures de chômage partiel.

A peine remplumé, le carnet de commande de STX France a déjà du plomb dans l’’aile.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire viennent en effet de perdre une importante commande de deux navires de croisières passée en décembre 2011 par l’’armateur norvégien Viking River Cruises.

Chômage partiel

C’est ce qu’’annonce, très laconiquement, la direction du site nazairien dans un communiqué publié en ligne jeudi matin : « STX France a été informé par Viking River Cruises qu’ils avaient décidé de se retirer de toute discussion ultérieure concernant l’annonce d’une commande de deux navires de croisières de luxe faite le 21 décembre 2011 ».

La raison de ce retrait n’est pas explicitée mais plusieurs sources s’’accordent pour dire que l’’armateur scandinave aurait cédé aux sirènes d’’un armateur italien plus attractif dans ses tarifs.

Ces deux bâtiments, dotés d’une capacité de 888 passagers et 444 membres d’équipage, étaient livrables au printemps 2014 et au printemps 2015 et représentaient d’’ici là un volume de 4 millions d’’heures de travail.

Cette très mauvaise nouvelle intervient au moment où l’’entreprise s’’apprête à mettre en place des mesures de chômage partiel (9 000 jours en mai et juin) pour faire face à une baisse d’’activité qu’’elle comptait justement combler par les commandes de Vikings.

Que reste-t-il dans le carnet de commande ?

Le DRH de STX Christophe Mabit indiquait que le plus fort taux de sous-activité « devrait être atteint en août » avant une amélioration « très progressive à partir de septembre », puis un retour à la normale prévu début 2013.

Dans le carnet de STX restent encore le paquebot de luxe allemand Europa 2, mais aussi le « Divina » (mai 2012) et le « Preziosa », respectivement livrables en mai 2012 et mars 2013 pour l’’italien MSC, et deux navires porte-hélicoptères de type BPC pour la Russie (fin 2013 et fin 2014).

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *