Les auto-entrepreneurs nantais en colère

Comme dans d’autres villes françaises, les auto-entrepreneurs nantais ont manifesté hier devant Pôle Emploi contre la réforme de leur statut. Symboliquement, ceux qui se prénomment désormais « Les Poussins » ont confectionné une omelette.

Ils sont 16 500 auto-entrepreneurs en Loire Atlantique, mais une petite trentaine est venue manifester hier devant Pôle Emploi (Bellevue). C’est la réforme engagée par Sylvia Pinel, ministre en charge du Commerce et de l’Artisanat, qui suscite depuis des mois la colère et l’inquiétude de ces travailleurs indépendants.

Qui sont-ils ? Des jeunes en majorité (moins de 35 ans pour 40% d’entre eux), qui ont, pour la plupart, connu la galère du chômage. Pour s’en sortir, ils ont décidé de créer, sans grands moyens financiers, leur propre emploi via un statut peu risqué, l’auto-entreprise.

Avantages fiscaux et administratifs

Lancé en janvier 2009, ce régime offre des facilités administratives et des souplesses fiscales. 75% des auto-entrepreneurs nantais certifient qu’ils n’auraient pas osé créer leur activité sans l’ensemble de ces avantages.

Des avantages que va justement remettre en cause, selon eux, la réforme de Sylvia Pinel, ministre en charge du Commerce et de l’Artisanat. Le projet va limiter à deux ans les auto-entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 19 000 euros (activités de services) et 47 500 euros (activités de vente de marchandises). Aujourd’hui, les seuils de chiffres d’affaires au-delà desquels l’auto-entreprise doit basculer dans le régime de droit commun sont, grosso modo, deux fois plus importants. D’où la colère des auto-entrepreneurs, relayée sur internet par un collectif baptisé « Les Poussins », surnom qui explique la symbolique de l’omelette préparée par les auto-entrepreneurs nantais devant Pôle Emploi.

Cette journée d’action a d’ailleurs été initiée (entre autres) par une nantaise Frédérique David, auto-entrepreneuse elle-même et déléguée régionale de la FEDAE (Fédération des Auto-Entrepreneurs).
La pétition des Poussins a recueilli à ce jour quelque 105 000 signatures, peut-être insuffisant pour faire plier la ministre Pinel. Rappelons qu’un peu plus de 900 000 auto-entrepreneurs sont en activité en France : près de la moitié était inscrite à Pôle Emploi avant de créer leur entreprise et 80% gagnent aujourd’hui moins que le SMIC.

Concurrence déloyale des auto-entrepreneurs ?

Depuis 2009, les artisans dénoncent la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs qui payent moins de charges qu’eux et ne facturent pas non plus de TVA. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait notamment promis aux artisans que certains des avantages de l’auto-entreprise seraient alignés sur leur régime. Aujourd’hui, mêmes les professionnels du bâtiment ne se satisfont pas du projet de réforme de Sylvia Pinel qu’ils estiment « insuffisante » (ils demandaient notamment l’exclusion des auto-entrepreneurs des métiers artisanaux).

Le texte sera pourtant présenté dans un mois en Conseil des Ministres avant un examen parlementaire prévu à l’automne.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *