Le salut des apiculteurs : une plante tueuse

Le Jardin des plantes de Nantes a découvert la capacité d’une plante carnivore à attirer et à tuer les frelons asiatiques. Originaire d’Amérique du Nord, cette plante miraculeuse ne peut cependant attirer qu’un maximum de 50 insectes, ce qui se révèle insuffisant pour un nid de frelons qui compte d’habitude environ 4.000 individus. En plus, la plante ne représente pas un danger réel pour les autres insectes.

Romaric Perrocheau, le directeur du Jardin des plantes de Nantes, a récemment découvert, par hasard, qu’à l’intérieur d’une plante carnivore, Sarracenia, se trouvait un frelon asiatique. Ceci l’a poussé à enquêter sur la capacité de cette plante à attirer et à tuer cet insecte. Appelé aussi le frelon à pattes jaunes, Vespa velutina nigrithorax semble être captée par les phéromones que Sarracenia dégage et, bien sûr, par son nectar – un véritable piège qui lui est exclusivement destiné, car la plante manifeste une prédilection seulement pour cet insecte.

Bien que ces plantes soient installées dans le Jardin de Nantes depuis 2010, c’est seulement l’automne dernier que Christian Besson, un jardinier botaniste, a observé que les frelons asiatiques étaient assez facilement détectables dans les feuilles des sarracénies. C’est pour cela que le directeur du Jardin a décidé de demander l’aide d’un entomologiste pour étudier plus en détails ce phénomène. Avec cet employé du Muséum d’Histoire naturelle, Romaric Perrocheau a analysé le contenu de 200 urnes de la plante carnivore Sarracenia en découvrant qu’elle n’attire ni les guêpes, ni les abeilles. C’est donc un piège sélectif pour les frelons à pattes jaunes qui glissent tout au long du tube de la feuille jusqu’au fond où ils restent piégés et mangés par les sucs digestifs de la plante.

Malgré la possible utilisation de cette plante pour piéger le frelon asiatique, on ne sait pas encore, avec exactitude, le degré d’importance de cette découverte. Afin de mieux le déterminer, Éric Darrouzet et son équipe examineront les molécules libérées par la plante dans l’atmosphère. Enseignant-chercheur à l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de l’Université de Tours, le biologiste souligne qu’il est difficile de donner une date exacte sur l’achèvement des recherches, vu leur caractère complexe.

La plante carnivore Sarracenia pourrait représenter une solution assez efficace pour réduire le taux de mortalité dans les ruches, étant donné que le frelon asiatique attaque les autres insectes, y compris les abeilles.   

Créée par Ronan de Kervénoaël en avril 2010, Apiterra est le spécialiste de l’apiculture urbaine et soigne à l’heure actuelle plus de 800 ruches installées en entreprises et/ou collectivités urbaines. Apiterra s’est donné comme mission de sauvegarder les abeilles et pour cela, elle fait de son mieux pour leur donner un nouveau territoire de vivre afin qu’elles se développent.

Post author

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *