Le nantais Jean-Marc Ayrault de retour au gouvernement ?

L’’ancien maire de Nantes, devenu premier ministre entre 2012 et 2014, est pressenti au Quai d’’Orsay, poste également convoité par l’’actuelle ministre de l’’Ecologie Ségolène Royal.

Jean-Marc Ayrault figurera-t-il dans le nouvel échiquier gouvernemental que François Hollande compte mettre en place dans les prochains jours pour affronter ‘l’échéance présidentielle de 2017 ? Le nom de l’’ancien maire de Nantes (1989-2012), écarté de Matignon au profit de Manuel Valls en avril 2014, refait surface dans les arcanes du pouvoir où le projet d’’une équipe ministérielle resserrée, mêlant têtes d’’affiche et nouvelles personnalités issues de la société civile, se fait jour pour compenser le déséquilibre politique né du départ de Christiane Taubira, fin janvier.

Comment résoudre le dossier de Notre-Dame-des-Landes ?

La sortie de la garde des Sceaux, dernière figure emblématique de la gauche classique, a définitivement fait pencher la balance gouvernementale dans le camp des libéraux et des sécuritaires incarnés, sous le patronage de Manuel Valls, par Emmanuel Macron à l’’Economie, Bernard  Cazeneuve à l’’Intérieur et Jean-Jacques Urvoas, remplaçant de Taubira à la Chancellerie. Pour combler la faille ouverte entre cette mouvance plutôt majoritaire acquise aux enjeux de la mondialisation, et la gauche sociale dans laquelle se retrouvent les frondeurs qui boudent Emmanuel Macron et ses réformes dérégulatrices, Hollande n’’exclut pas d’élargir sa base à la gauche de sa gauche en tendant une dernière perche aux écolos et aux radicaux.
A quelle ligne stratégique correspondrait la nomination de Jean-Marc Ayrault ? L’’ancien maire de Nantes se positionne clairement dans cet axe réformiste qui émarge à la droite du PS. Il reste proche de François Hollande mais ses rapports personnels avec Manuel Valls, son successeur à Matignon, ne sont pas au beau fixe. Hier, la radio RTL le pressentait au Ministère des Affaires Etrangères où sa maîtrise de la langue de Goethe serait mise à profit pour relancer le couple franco-allemand en panne sèche. Un poste qui le tiendrait éloigné des dossiers nationaux sur lesquels l’a’ctuel premier ministre souhaite conserver une unanimité ministérielle. Mais d’’autres sources annoncent également Ségolène Royal au Quai d’Orsay où Laurent Fabius est sur le départ.

Pour le reste, Jean-Marc Ayrault, député de Loire-Atlantique, a sans doute un rôle à jouer dans la résolution du conflit autour de l’’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un projet qu’’il soutient depuis toujours mais que l’’Elysée souhaite geler au moins jusqu’’en 2017 pour sauvegarder le fil ténu qui le relie encore aux écologistes. Ayrault acceptera-t-il de revoir sa position sur le sujet en échange d’’une nomination au gouvernement ?

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *