Le FC Nantes reste dans le giron de Keita

Jugée peu crédible par l’actuel président de la Maison jaune, l’offre de rachat de l’homme d’affaires britannique Benjamin Leigh Hunt est annulée.

L’affaire semblait en bonne voie de conclusion il y a encore quelques jours. Finalement, le dossier de rachat du FC Nantes, qui devait faire passer les rênes du club des mains de la famille Keita à celles de Benjamin Leigh Hunt, actionnaire du fonds d’investissement britannique LFE Football Group Limited, restera sans lendemain. L’actuel président des Canaris n’a pas donné son accord à la poursuite des négociations, déjà engagées depuis plusieurs mois en vue de céder au mieux offrant la majorité du capital du FCN pour un montant estimé à 100 millions d’euros. Cette barre, fixée par Waldemar Kita, restait toutefois un point d’achoppement entre les deux parties, le candidat à la reprise ayant, selon plusieurs sources concordantes, tenté de faire baisser les enchères. Pour autant, le président nantais n’a pas justifié son refus de poursuivre l’opération par un quelconque désaccord financier.
Dans un communiqué, ses services invoquent l’absence d’un « minimum de garanties bancaires exigées par les instances du football professionnel (DNCG) » et pointent l’incapacité de l’investisseur britannique à « produire un dossier complet auprès d’elles».

Qui est Leigh Hunt ?

Réaffirmant « son attachement au FC Nantes, à ses joueurs, à ses salariés et à ses supporters », l’homme d’affaires franco-polonais va donc garder son fauteuil au sein de la Maison Jaune, qu’il dirige depuis près de 15 ans, avec un bilan sportif jugé insuffisant par ceux qui dénoncent l’absence d’un projet solide, aggravée d’une instabilité chronique dont la valse d’ entraîneurs (13 depuis 2007) est le symptôme le plus visible.

« Jamais Waldemar Kita ne laissera l’avenir du club dans les mains de candidats qui n’assument pas leurs responsabilités et dont le sérieux et la crédibilité ne sont pas garantis » ajoute le communiqué.

Rappelons que l’avocat et ancien secrétaire d’Etat aux Sports (2014-2017) Thierry Braillard a intermédié dans ce dossier et mis en relation Kita et Benjamin Leigh Hunt.
Ce dernier, jeune businessman de 38 ans, a fondé en 2018 la société LFE Football Group Limited dont les fonds sont placés dans des opérations de rachat de clubs sportifs. D’après le magazine économique Challenges, l’homme  a lancé onze entreprises depuis 2016 positionnées dans des secteurs variés (immobilier, loisirs, services financiers). Onze d’entre elles ont été liquidées.

Par ricochet, le maintien de Kita à la tête du FCN renforce la position de l’entraîneur bosniaque Vahid Halilhodzic et de son staff, lesquels sont encore à la manœuvre pour la reprise de l’entraînement du groupe professionnel ce 26 juin.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *