La Poste : les fermetures d’agences vont se multiplier à Nantes

Deux établissements seront très prochainement rayés de la carte du centre-ville au profit de « points relais » gérés par des commerçants de proximité.


En 2017, La Poste avait annoncé la suppression de « 9 à 14 » bureaux sur le territoire nantais, sans pour autant fixer de calendrier précis. Près de deux ans plus tard, cette feuille de route, partiellement mise en œuvre, faute, pour les dirigeants du groupe, d’avoir établi une liste définitive des sites concernés, va connaître une accélération dans les toutes prochaines semaines : selon une information divulguée par la CGT, puis confirmée par l’entreprise, les bureaux Champ de Mars et Décré seront très bientôt fermés, dès le 28 février pour le premier, et à partir du 24 avril pour le second. Cette cure d’amaigrissement, opérée au compte-gouttes, s’est déjà traduite par la disparition de deux établissements au cours de ces deux dernières années : il s’agissait de Saint-Donatien et Longchamp, vidés de l’intérieur pour être reconstitués, sous forme de simples points relais, chez des commerçants riverains. Dans d’autres quartiers, Saint-Joseph ou Saint-Jacques, initialement voués au même sort, semblent encore résister, vaille que vaille, sous la pression des habitants et des acteurs locaux, associatifs et même parfois politiques.

Partenariat conclu avec des bars et des supermarchés

La Poste, qui positionne sa communication sur une logique de « réorganisation » ou d’ « évolution » de son réseau, rendue nécessaire par la baisse d’activité aux guichets (-27% depuis cinq ans à l’échelle de la métropole nantaise), se refuse à parler de licenciements : elle assure que des redéploiements de personnels seront effectués les sites de Talensac, Bretagne ou République. Elle esquive également les réprobations des usagers et des élus qui plaident en faveur du maintien d’un service public de qualité : « Les activités seront transférées dans des commerces situés à proximité » souligne le groupe, ajoutant que « l’amplitude des horaires de ces relais-poste correspondent davantage aux besoins de la demande. »
La plupart de ces contrats de partenariat sont signés avec des bars-tabac ou des supermarchés, lesquels réceptionnent le courrier et le remettent directement aux destinataires, moyennant une (modique) rémunération versée par La Poste. Dans ces commerces, il également possible d’affranchir une lettre ou d’envoyer un recommandé.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *