Immobilier des bureaux : bilan positif pour le marché nantais

BNP Paribas Real Estate vient de publier une étude sur le marché immobilier des bureaux en 2013 et son évolution selon les régions. L’étude nous révèle un classement des villes les plus intéressantes pour les transactions immobilières, où Marseille figure en 1ère position. Dans ce classement, Nantes occupe la 7e place.

Malgré un ralentissement dans le marché immobilier, la situation semble s’améliorer pour l’immobilier d’entreprise nantais. En 2013, Nantes se positionne en 7e place dans le classement BNP Paribas Real Estate, devancé par Marseille, Lille, Nice, Bordeaux et Toulouse.

L’immobilier d’entreprise en région nantaise

En 2013, l’immobilier d’entreprise nantais a progressé de 40 % dans le neuf et 60 % dans l’ancien. La croissance du marché a été plus rapide en périphérie, grâce à Saint-Herblain et à Orvault. La croissance de l’immobilier à Orvault est due à son premier Pôle tertiaire de 34.900 m². Après la périphérie, le centre-ville reste une zone assez dynamique, notamment en raison des programmes immobiliers neufs dans le quartier d’Euronantes Gare, mais également en raison des projets de rénovation.

L’immobilier locatif nantais reste attractif, avec des investissements qui ont augmenté de  19 % de 2012 à 2013, soit 68 millions d’euros placés.

Les perspectives de l’immobilier des bureaux

Selon l’étude BNP Paribas Real Estate, Nantes reste une ville attractive pour les transactions immobilières portant sur les bureaux. Cette attractivité est notamment due à l’accessibilité de la ville par les moyens de transport en commun et au pôle universitaire.

Toutefois, pour garder sa place dans le classement, la ville de Nantes va devoir s’impliquer dans des projets de création d’emplois et des nouvelles compétences dont les entreprises ont besoin. Cela permettra d’attirer les grands groupes ayant des projets d’implantation dans des nouvelles régions. En complément, la ville devra s’impliquer dans des projets d’amélioration de la qualité de vie de ses habitants.

L’immobilier nantais dans les grandes lignes

Contrairement au bilan positif du marché immobilier d’entreprise, la situation n’est pas si optimiste pour l’immobilier résidentiel, marqué par la hausse des prix. Cette hausse des prix et la conjoncture économique défavorable a fait diminuer le volume des transactions immobilières. Selon les experts, la diminution des transactions immobilières à Nantes est due également à la loi Duflot-Alur et au fait que le taux à prêt zéro est désormais limité au marché neuf.

Post author

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *