Grève à Nantes : un train sur dix annoncé

Ce jeudi, la grève nationale va très fortement perturber la circulation des transports collectifs.

Des TGV au tramway, en passant par les cars scolaires, le mouvement de grève interprofessionnel qui se tient ce jeudi, risque localement de bousculer les habitudes des nantais. Sur le terrain, la manifestation programmée en centre-ville à partir de 10 heures entraîne, dès la matinée, des perturbations dans la desserte habituellement assurée par les bus et les tramways. Ces ajustements dans la fréquence des passages et les itinéraires sont d’autant plus sensibles que la Semitan, qui exploite le réseau, est aussi visé en interne par d’importants appels à la mobilisation, formulés par deux syndicats : jusqu’à 14h30, plusieurs lignes de tramway sont coupées, entre les stations « Médiathèque » et « Manufacture » (ligne 1), entre « 50 Otages » et « Gare de Pont-Rousseau » (ligne 2), et entre « Bretagne » et « Hôtel Dieu » (ligne 3). Des aménagements analogues sont prévus sur le réseau chronobus. Dans les terminus provisoires, mis en place pour éviter le croiser la route des manifestants, « du personnel de la Semitan est déployé pour informer les passagers et les aider dans leurs déplacements » annonce, dans un communiqué la société d’économie mixte. La quasi-totalité des lignes de bus 10 à 29, qui traversent le centre-ville, fonctionnent en horaires « jour jaune » (ceux du samedi et de vacances d’été). Une vingtaine de lignes périphériques conservent un trafic normal de semaine, sous réserve de débrayages.

Presque pas de TGV

A la gare SNCF en revanche, c’est bien la « paralysie » du trafic qui guette les voyageurs. Et le mot n’est pas trop fort : un TGV sur dix est annoncé sur l’ensemble de l’axe Atlantique, un Ouigo sur six, et la circulation sera nulle sur le réseau « intersecteurs ». Sur le circuit régional, les bus se substituent au rail dans l’immense majorité des cas. Depuis Nantes, les trajets directs vers Bordeaux et Lyon sont annulés. La desserte diurne des trains Intercités est également réduite à la portion congrue (un sur dix, et aucun de nuit).
D’importants mouvements de grève se préparent dans les écoles, dans des proportions qu’il est encore difficile de mesurer : mais 111 établissements (sur 112) connaissent, à des degrés divers, des perturbations. Un service minimum est assuré par les municipalités concernées. Parallèlement, seize lignes de cars scolaires sont à l’arrêt.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *