Gilets jaunes : un rassemblement national à Nantes samedi

Un 44ème round se prépare dans le centre-ville. Le rendez-vous pourrait drainer des manifestants bine au-delà du département. D’ores-et-déjà, la Préfecture a pris des mesures afin d’interdire l’accès du défilé à certains secteurs. Les transports collectifs circuleront, eux, au compte-gouttes tout l’après-midi.

Ce samedi 14 septembre va-t-il signer le grand retour des gilets jaunes ? Si les appels à manifester diffusés sur les réseaux sociaux trouvent l’écho escompté, il faut s’attendre à rassemblements d’importance à Nantes, choisi comme un point de ralliement national par certains organisateurs. S’il est impossible de faire des estimations sur le nombre de participants (extérieurs notamment) qui se présenteront demain sur l’ensemble du territoire de l’agglomération, la Préfecture a préféré prendre les devants et d’interdire au défilé d’accéder aux secteurs les plus commerçants, au plus près de l’hyper-centre, un secteur hautement sensible.
Le pique-nique organisé place du Général Mellinet sera autorisé. De même, la Cour des 50 otages restera « ouverte ». Pour le reste, un cordon de sécurité enserrera un large périmètre depuis la place Delorme, « un lieu stratégique où se trouvent des services institutionnels et de nombreux commerçants », que les autorités souhaitent préserver. Le quai Ceineray, sur lequel donne le bâtiment de la Préfecture, sera également interdit, comme les cours Saint-André et Saint-Pierre où se tient la fête foraine.
Cet acte 44 du mouvement des gilets jaunes aura inévitablement des conséquence sur la circulation des transports en commun : sur la ligne 1 , le tramway cessera de fonctionner sur une portion comprise entre la médiathèque et la station Duchesse-Anne, entre 13 heures et 20 heures. Les dessertes entre Bretagne et Hôtel Dieu seront également interrompues.
A l’image du dispoitif qui avait été déployé lors de manifestation du 3 août dernier (1 700 participants et 42 interpellations), des contrôles de police pourraient se dérouler en divers points de l’agglomération  et à la gare. Bine évidemment, des arrêtés ont été pris afin de prohiber le transport de carburant dans des jerrycans ou des bidons. Même mesure pour les objets possiblement convertibles en armes et les « engins pyrotechniques ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *