Election régionale : triangulaire historique en Pays de la Loire

La droite modérée arrive en tête en Pays-de-la-Loire, mais devra à la fois batailler contre la gauche et le Front National pour reprendre la majorité qu’’elle avait perdue en 2004.

vote

Quel est le rapport de forces en Pays de la Loire à l’’issue du premier tour de l’’élection régionale ? Sans grande surprise, la droite classique, emmenée par le sénateur LR Bruno Retailleau, arrive en tête (33,49%), profitant de la déroute de la gauche et de son noyau dur socialiste, prise dans le vent contraire des enjeux nationaux et du bilan, contesté, de François Hollande. La liste conduite par l’’actuel vice-président du Conseil régional Christophe Clergeau, mis sur orbite par Jacques Auxiette (PS) pour reprendre le flambeau de la majorité acquise en 2004 et confirmée en 2010, ne recueille que 25,75% des suffrages, un score en baisse de neuf points par rapport au précédent scrutin.

La gauche divisée

Surtout, la gauche, divisée dès le premier tour entre un bloc rose et un bloc vert, pâtit de l’’effondrement de sa composante écologiste, EELV (- 6 points à 7,82% des suffrages) et voit le Front National réaliser une percée historique (21,35%, après 7,05% en 2010). La liste d’’extrême droite, incarnée par Pascal Gannat, s’’offre donc une triangulaire suffisamment aigüe et clivante pour couper Retailleau (Les Républicains) d’’une réserve de voix qui, dans la configuration d’un duel classique, lui aurait été plus favorable qu’’à son rival de gauche.

Pour l’’emporter, cette droite dite traditionnelle, unie au centre (UDI et MoDem), devra modérer son discours pour trancher avec la rhétorique frontiste, jouer la carte du rassemblement républicain et, par-dessus tout, mobiliser dans le camp du grand vainqueur de ce premier tour, celui des abstentionnistes, qui, malgré un léger mieux par rapport à 2010, représente encore un peu plus de la moitié de l’’électorat en Pays de la Loire (50,02%). La même problématique se pose à Christophe Clergeau, malgré un potentiel supérieur en matière de reports de voix (7,82% pour Europe Ecologie les Verts, 3,33% pour le Parti Communiste et 1,47% pour Lutte Ouvrière). Mais le PS a t-il les ressources nécessaires pour réamorcer sa pompe aspirante ?

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *