Des cars remplaceront les trains entre Angers et Nantes ce week-end

Des travaux menés sur le futur site de la SNCF à Nantes vont interrompre le trafic ferroviaire entre les deux villes à partir de samedi soir. Un retour à la normale est prévu lundi matin.

Le déménagement des installations de l’ancienne gare de Nantes, encore utilisées comme voies de garage par la SNCF, va lourdement impacter le trafic ferroviaire en ce week-end prolongé par le 11-novembre, qui tombe cette année un lundi : les trains qui circulent habituellement entre la capitale de Loire-Atlantique et Angers (Maine-et-Loire), vont rester à quai pendant presque deux jours, samedi 9 à compter de 19 heures, jusqu’au lundi, à 8h45. Afin de pallier cette interruption de service, un plan transport adapté par car sera mis en place afin d’assurer une desserte dans les deux sens.
Ce « désordre » est lié au projet de transfert du site ferroviaire implanté sur l’Ile de Nantes, dernier rejeton de l’ancienne gare de l’Etat qui avait perdu son activité « voyageurs » en 1959 au profit de l’infrastructure actuelle, quartier Malakoff (ex-gare de Nantes-Orléans, rénovée en 1968, puis complétée 20 ans plus tard par un bâtiment sud).

Un nouvelle plateforme à Doulon

Certaines des installations encore en place derrière le hangar à bananes, près de l’ancien Marché d’Intérêt national (MIN), restent encore en usage, notamment pour parquer des wagons. Elles vont bientôt disparaitre afin de libérer l’espace nécessaire à la construction du nouveau quartier où s’implantera, entre autres, le futur CHU. Les activités de l’ancienne gare de l’Etat seront, elles, déménagées sur la rive-nord, au Grand-Blottereau (quartier Doulon) où passe l’actuelle voie ferroviaire. D’où l’opération menée ce week-end : il s’agit de mener des interventions afin d’agrandir un pont-rail situé au Vieux-Doulon (chemin du Moulin des Marais), un chantier que la SNCF juge « délicat » et implique un libre passage de l’ouvrage sur le chemin de fer.
La société publique compte mener à bien l’ensemble des phases du démantèlement en cours sur l’Ile de Nantes, jusqu’en juin 2020, date à laquelle l’ancien site évacué et le déménagement au Grand-Blottereau effectif : des structures et équipements plus modernes vont y être construits, le poste d’aiguillage sera refait, les rails repositionnés, un dispositif de signalisation déployé et des protections acoustiques érigés. Cette ancienne gare de triage est destinée à devenir une plateforme multimodale.

Transféré en début d’année à Rezé, l’ancien MIN fait l’objet d’un désamiantage qui devrait s’achever en juin 2020. Une vingtaine d’hectares seront alors disponibles : une partie d’entre-euros se trouvera alors sur l’emprise du nouvel hôpital public dont la construction s’étendra de 2020 à 2026. Autour, de nouveaux quartiers seront bâtis, avec des logements, des bureaux tertiaires et la nouvelle Fac de santé.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *