Crise : pourquoi les Pays de la Loire ont mieux résisté ?

En deux ans, la crise économique a beaucoup pesé sur l’activité industrielle des Pays de la Loire. En revanche, d’autres secteurs comme le commerce, les services marchands et l’agro-alimentaire, ont soutenu le maintien, voire la création d’emplois. Pourquoi ? L’Insee a tenté une analyse.

D’après une enquête de l’Insee, l’économie ligérienne a affiché une belle résistance depuis deux ans, même au plus fort de la crise, en 2009.
Certes, la dégradation engendrée par le ralentissement de l’activité et la baisse des investissements a été, comme partout ailleurs, très sensible, notamment sur le plan social (32 000 emplois détruits depuis janvier 2008).
Néanmoins, l’Insee met en avant un effet d’aubaine propre aux Pays de la Loire, lequel a permis aux entreprises régionales d’amortir l’impact de la dépression.
Quel est-il ?
L’Insee évoque un « effet géographique » privilégié par un climat avenant, une vraie qualité de vie, un accès facile à la mer et un net dynamisme démographique régional (+1% en moyenne par an).
L’autre raison est plus structurelle : les Pays de la Loire possèdent un tissu d’entreprises familiales dont le « faible niveau de dépendance » par rapport aux grands centres de décision, a, toujours selon l’Insee, pu jouer un rôle dans la sauvegarde des emplois.
Ainsi l’emploi, hors intérim, a plutôt bien résisté (-1,7 % entre 2008 et 2009, contre – 2,5% au niveau national). Un phénomène qui s’explique par le choix opérés par les entreprises afin de préserver l’emploi stable coûte que coûte : le recours aux intérimaires a été diminué d’un tiers et les mesures de chômage partiel ont été priorisées (2,4 millions d’heures non travaillées en avril 2009, contre 41 000 heures en janvier 2008).
On sait que le secteur industriel a énormément souffert dans la région (-16 000 emplois en deux ans) : l’aéronautique, la construction navale, l’activité ferroviaire, l’automobile et les biens d’équipement ont été les filières les plus touchées, alors que l’industrie agroalimentaire, qui a fait mieux que résister, a vu ses effectifs grimper de 1,4%.
Même dynamisme du côté des services marchands, créateurs de plus de 3 000 emplois (hors intérim) en Pays-de-la-Loire, tandis que l’emploi commercial n’a reculé que de 0,4% (contre 3% sur le plan national), un résultat que l’Insee impute notamment au bon niveau de croissance démographique régional.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *