Covid-19 : l’acheminement des masques a commencé à Nantes

La Ville a choisi la voie postale pour équiper ses habitants. La distribution devrait s’étendre jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

A moins d’une semaine du déconfinement, la course aux masques a débuté partout en France : sur les territoires, les collectivités locales ont été invitées par l’Etat à prendre le relais de la parole présidentielle qui promeut désormais l’usage de cet équipement de protection pour ralentir la propagation du coronavirus.

Nantes avait pris les devants dès la mi-avril en passant commande de 600 000 masques dits « alternatifs » auprès d’un réseau d’entreprises françaises et européennes. C’est d’ailleurs du Portugal qu’est arrivé une première cargaison : l’expédition de ces lots a débuté cette semaine grâce à un partenariat avec La poste qui va les acheminer jusqu’au 15 mai dans les boites aux lettres de tous les foyers. Ce mode de distribution a été privilégié par la municipalité de Nantes, là où d’autres villes voisines (Rennes, Angers) ont fait le choix d’ouvrir des points de retraits dans l’ensemble de leurs quartiers.

Les masques obligatoires dans les transports ?

Les paquets sont accompagnés d’un dépliant explicatif qui sert à la fois de mode d’emploi et d’outil de sensibilisation : rappelons que les masques sont fabriqués avec un tissu lavable et réutilisable 50 fois. Les modèles proposés sont conformes aux normes définies par l’Afnor : c’est donc leur capacité à faire barrière aux particules qui a été évaluée (on sait que le coronavirus se transmet essentiellement par projection de micro-gouttelettes lors d’éternuements, de toux ou d’une discussion). Pour en améliorer le confort, notamment pour les utilisateurs qui portent des lunettes, une barrette est disposée sur le tissu afin de l’ajuster aux dimensions du visage.

Pour rappel : lors de la présentation du plan de déconfinement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Edouard Philippe avait fait savoir que le port du masque sera, à compter du 11 mai, obligatoire dans les transports en commun. Une mesure confirmée depuis par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’Etat en charge des transports, Jean-Baptiste Djebbari, lequel a laissé planer la menace d’une sanction si cette règle n’est pas respectée dans les métros, les trams, les trains et les bus.
D’ici-là, la Ville de Nantes conseille de les porter, non seulement dans les transports publics, mais aussi dans les commerces et tous les services de proximité.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *