Chômage en Loire-Atlantique : stabilisation ou éternelle aggravation ?

En région nantaise, les bons chiffres de l’automne dernier ont été sapés par un début de printemps pourri.

pole emploi

Où en est la courbe du chômage que François Hollande avait promis d’inverser avant la fin de son mandat présidentiel ? En Loire-Atlantique, comme dans beaucoup d’autres territoires de la métropole, l’embellie entrevue au second semestre 2016 a fini par tourner court, assez sèchement, même si les tendances de long terme restent plutôt bonnes. Dans le département, comme au niveau national, la rupture s’est produite au mois de mars (+1,6% d’inscrits en catégorie A), signe d’un brusque retour à la réalité, celle à laquelle se trouve aujourd’hui confronté le premier gouvernement formé par Emmanuel Macron.

Plus de formations et de contrats précaires

Depuis, la tendance générale réamorce une décélération, un mouvement beaucoup trop timide toutefois pour traduire une reprise franche et massive du marché de l’emploi. A la fin du mois de mai 2017, 63 480 actifs n’avaient aucune heure de travail à leur crédit en Loire-Atlantique. Un chiffre stable par rapport en avril mais en forte hausse sur trois mois (+1,1%). En douze mois, cette catégorie de demandeurs d’emploi est pourtant en repli (-1,1%), un résultat positif que vient contrebalancer l’explosion du nombre d’inscriptions dans une autre catégorie, la C, qui recense les activités réduites (+10,4% sur un an). dans la cadre du plan d’urgence contre le chômage décrété par François Hollande en 2016, 500 000 formations avaient été débloquées et financées par l’Etat à l’intention des personnes les moins qualifiées. Cette mesure s’est faite senti en Loire-Atlantique : la catégorie D, qui regroupe les inscrits à Pôle Emploi en stage ou en reconversion professionnelle, a vu ses effectifs nettement se renforcer au cours de l’année écoulée (+8,6%). Ces deux montées en régime expliquent en partie l’amélioration pourtant très relative des statistiques  relevées dans la première catégorie, la plus sensible et la plus scrutée à l’occasion des bilans mensuels.
Preuve de la fragilité des analyses et des angles qu’elles empruntent pour commenter des chiffres extrêmement volatiles et disparates, le nombre total de chômeurs (toutes situations confondues) monte aujourd’hui  à 133 490 en Loire-Atlantique, un résultat en hausse de +1,6%.

Post author

Laisser une réponse

Veuillez répondre à ce Captcha *